Dépasser la honte du corps

Oser le naturisme pour dépasser la honte du corps
et retrouver la joie de la nudité innocente

> Se reconnecter au corps > Oser le naturisme

Se libérer de la honte du corps et de la peur d’être vu⋅e nu⋅e

La Fermette de l’escargot propose des séjours pour expérimenter le naturisme afin de dépasser la honte de son corps et la peur de se montrer nu⋅e. Objectif vivre à l’aise avec son corps, l’accepter et l’habiter pleinement.

Pratiquer la nudité aide à aimer et accepter son corps

1 français⋅e sur 2 n’aime pas son corps ! C’est le terrible constat qui ressort d’une étude Ifop. Ouf, par chance, notre société a fait le choix du vêtement. Dissimuler son corps est globalement assez facile.

Une chance, vraiment ? À y regarder de plus près, pas tellement, car en cachant ce corps qu’on n’assume pas, on traîne avec nous cette honte sans la guérir. Or cette image négative de notre corps influence notre esprit, nos pensées et notre image de nous-même.

Un des principaux freins à la pratique du naturisme est précisément la honte du corps. « Je ne me déshabille pas devant d’autres personnes car je n’aime pas mon corps / car j’ai peur d’être jugé⋅e. » Or paradoxalement, le naturisme aide à l’acceptation du corps !

En fait ça n’est pas si étrange que ça quand on y réfléchit bien. La seule façon de se défaire d’une peur c’est de l’affronter. Encore et encore, en y mettant de la conscience. Alors pour se libérer de la peur d’être vu⋅e nu⋅e, il faut se déshabiller. Mais pas n’importe où et n’importe comment – et c’est là que l’accompagnement fait sens : dans un cadre bienveillant et non jugeant, avec si besoin un soupçon de guidage pour gagner en confort et en efficacité.

La Fermette de l’escargot se propose d’être une oasis ressource pour qui souhaite tester le naturisme.

Nudité ? Nudisme ? Naturisme ?

Le nudisme est la pratique de la nudité avec d’autres personnes. Quand cette pratique s’intègre dans une philosophie de vie plus globale, incluant le respect de soi, de l’autre et de l’environnement, alors on l’appelle naturisme. C’est dans cette éthique naturiste que s’inscrit la Fermette.

Retrouver la joie de la nudité innocente !

Les freins à la nudité les plus fréquemment cités sont :

  1. le jugement des autres
  2. la crainte de la sexualisation et
  3. une mauvaise image de soi

 

1. Le jugement des autres

Pour débuter votre pratique, choisissez un lieu dans lequel vous ne serez pas jugé⋅e sur votre physique. Si si, je vous assure, ça existe ! On peut avoir du mal à l’imaginer tant on se sent jugé⋅es à la plage, à la piscine ou dans la rue. Pourtant, lorsque les personnes sont en paix avec l’image du corps, alors elles ne jugent pas. Ni elles-mêmes, ni les autres.

C’est généralement le cas dans les lieux naturistes. C’est le cas aussi à la Fermette.

2. La crainte de la sexualisation

Pour bien vivre ensemble, on a hérité de nombreuses règles et interdits sociaux issus du passé, qu’on répète sans toujours en comprendre l’essence. « Il faut cacher son corps » est l’un d’eux.

Avec l’interdit vient la fascination. C’est un mécanisme qui tend à rétablir l’équilibre. Ainsi, ce qu’on prend pour de la sexualisation peut n’être qu’un besoin de voir le corps de l’autre, c’est-à-dire, le regarder, le contempler.

Le regard peut être insistant en raison du « retard à rattraper » et c’est là que ça pose problème. Il est de la responsabilité de chacun⋅e de ne pas porter un regard sur quelqu’un qui pourrait créer de la gêne, sans avoir recueilli au préalable son consentement explicite.

Se rendre régulièrement dans des lieux où la nudité est banalisée, afin de désamorcer la tension de ce « retard à rattraper » me semble être la seule solution pérenne.

Le désir sexuel peut aussi être présent. Pour cela, il est important que vous choisissiez un lieu où vous vous sentez en sécurité physiquement.

« La fascination de ce qu’on ne connaît pas. »
(Saviez-vous que la mixité à l’école n’était apparue qu’en 1968 ?)

3. Une mauvaise image de soi

La difficulté de voir son propre corps, indépendamment du regard des autres, est un autre frein répandu. Pour s’en prémunir, il existe tout un tas de techniques dites “body positive” qu’on retrouve assez facilement en fouillant sur le net et dans les livres : cultiver la bienveillance et les pensées positives, prendre conscience de notre mécanisme d’auto-comparaison à des stéréotypes ultra-minoritaires voire inexistants, etc.

Pour améliorer son image de soi, être accompagné⋅e apporte un vrai plus : celui du regard de l’autre. Le regard extérieur d’une autre personne est nécessaire pour se libérer d’une honte. Lorsque l’autre porte un regard neutre ou bienveillant sur notre corps, le cerveau enregistre inconsciemment l’absence de réaction de jugement négatif et mémorise l’information « mon corps n’est pas moche (aux yeux de l’autre) ». Avec le temps « aux yeux de l’autre » devient « à mes yeux ».

La Fermette, un espace safe pour débuter le naturisme

La Fermette de l’escargot offre un cadre sûr et respectueux pour tester le naturisme.

La maison et la cour du corps de ferme sont des espaces clos, qui permettent de profiter du grand air tout en restant à l’abri des regards extérieurs.

Si une autre personne est hébergée sur le lieu en même temps que vous, elle sera installée dans la chambre du bas et vous dans celle du haut. Il sera demandé de ne pas se promener nu⋅e en sa présence si cela crée de la gêne. (Souvent les locataires quittent les lieux après le petit déjeuner et reviennent en soirée.) En revanche, la chambre du haut et tout le 1er étage sont accessibles au naturisme sans restriction.

L’organisation et le calme du lieu offrent de longs moments de solitude, utiles et nécessaires à l’introspection.

Je vous partage mes outils et astuces de dépassements des blocages. Je suis présent pour vous apporter mon soutien émotionnel.

J’ai un immense respect pour les personnes qui sont dans une démarche d’ouverture. Respect aussi pour votre rythme et pour accepter là où vous en êtes, ainsi qu’une profonde empathie, facilitée par le fait que je suis moi-même passé par là.

Qui suis-je ?

Je m’appelle Régis, j’ai 41 ans, je suis né à une époque où le rapport au corps était plus libre qu’aujourd’hui. Et pour autant, je n’en ai profité que partiellement, ayant grandi dans une famille traditionaliste où le corps était tabou. J’ai hérité de nombreuses peurs et hontes. Le besoin de reconquête de liberté par rapport à mon propre corps a façonné mon parcours.

En 2009, j’ai découvert le naturisme en rejoignant le Club du Soleil Jeunes. L’année suivante, j’ai participé à la création de l’Association des Jeunes Naturistes de France. J’y ai trouvé mes ami⋅es et même mon amoureuse d’alors. Mon témoignage de naturiste est archivé ici. J’ai organisé quelques sorties, dont Faites le mur, pas la guerre au cours de laquelle des amis naturistes ont participé à la rénovation de la Fermette en bâtissant des murs en torchis (terre-paille). Merveilleux souvenirs.

Depuis, je mène l’enquête sur le fonctionnement de l’humain, de l’univers et de tout ce bordel. Je suis en quête de vérité et de liberté, desquelles découlent je crois le bonheur intangible. Stages et formations, lectures, introspection, échanges, défis et observation curieuse sont les supports de ma recherche permanente.

Je travaille à comprendre l’origine de nos souffrances et à mettre en place des solutions pour les dépasser. Je les teste sur moi avant de les partager.

Série de portraits et auto-portraits faits en 2018

 

Concrètement, comment ça se passe ?

Séjour individuel aux dates de votre choix. La réservation se fait comme un séjour normal, au prix d’un séjour normal. Précisez simplement que la thématique de la nudité vous intéresse.

Vous logerez dans la chambre du haut.

Le programme est libre. Je me tiens à votre disposition en fonction de vos besoins et dans la limite de mes disponibilités (mon emploi du temps est du genre souple). Je ne demande pas de supplément pour l’accompagnement pour l’instant.

 

Pas de supplément pour l’accompagnement

Je ne demande pas de supplément pour l’accompagnement pour l’instant car je le conçois comme une entraide d’humain à humain. Je le fais déjà avec les personnes (ami·es et client·es) ouvertes à ça. J’ai beaucoup reçu sans payer, je suis prêt à donner. Je n’ai pas un besoin impérieux d’argent car dans mon mode de vie actuel, les entrées et sorties s’équilibrent bien.

Je suis actuellement une formation professionnelle sur plusieurs années pour devenir thérapeute psycho-corporel, au terme de laquelle j’aurai une étiquette officielle qui m’ouvrira à un public plus large. Il est probable qu’alors je demanderai plus d’argent pour, tel un écureuil, mettre de côté en vue de mes vieux jours. 🐿️

 

La douche de plein air à la Fermette

À l’étang

Randonnue

Canuë

Bodypainting ou dessin sur peau

Thermes, saunas, hammams

Les bénéfices du naturisme :

  • Dépasser la honte du corps et la pudeur excessive
  • Accepter son corps tel qu’il est / s’aimer et s’accepter
  • Améliorer son estime de soi
  • Retrouver la joie de la nudité innocente
  • Savourer un profond sentiment de liberté

La Fermette de l’escargot est un lieu de séjours conçu pour vivre en paix avec le corps.

Au-delà de la peur et de la honte, être à l’aise avec le toucher, la nudité innocente et la conscience corporelle.

Restons en lien sur les réseaux sociaux :

FacebookInstagram